9 décembre 2022 – Émile Benveniste : temps linguistique et temps poétique

Séance scientifique
vendredi 9 décembre 2022
10h-12h

Olympe de Gouges, 864
(lien zoom sur demande)

Émile Benveniste : temps linguistique et temps poétique

La réflexion sur le « temps » est très présente dans les travaux d’Émile Benveniste (1902-1976), tant dans l’analyse de termes de culture, que dans son entreprise pour fonder une linguistique du discours, ou dans sa recherche sur le langage poétique.
Cette séance scientifique a pour but de donner une place aux recherches de Benveniste sur le langage poétique dans l’élaboration de sa théorie du langage, et en particulier dans sa réflexion sur l’expérience linguistique du temps.

Manuscrit d’Émile Benveniste extrait du dossier “Baudelaire” (BnF, PAP. OR. Don 04.29 : 17, f°13)

Silvia Frigeni
« Temps poétique » et « temps du discours ».
À la recherche du temps linguistique dans le Baudelaire d’Émile Benveniste

L’analyse des temps linguistiques utilisés dans les Fleurs du Mal constitue une partie significative des notes qu’Émile Benveniste a consacrées à la poétique de Charles Baudelaire.
Dans cet exposé, on essaie de montrer que l’approche du « temps poétique » représente un élément de vraie nouveauté dans la production benvenistienne, tout en marquant un tournant, notamment, dans sa réflexion sémiologique. Le découpage du temps poétique entre les deux sphères temporelles du passé (l’imparfait) et du futur (le futur simple), tout en comportant l’effacement du présent, semble créer une voie nouvelle par rapport à ce que Benveniste écrit sur le sujet du temps linguistique dans ses articles plus connus. Telle « temporalité baudelairienne » serait au cœur de la distinction qu’il pose entre ce qu’il appelle « discours, ou langage, poétique » et « discours ordinaire » : elle marquerait une séparation entre la linguistique de la poésie et la linguistique du discours. Ainsi, au seuil de ce qui aurait pu se développer en une nouvelle théorie, nous pouvons dégager le contour de possibles parcours théoriques restés inachevés, mais qui nous font néanmoins entrevoir l’ampleur de la réflexion benvenistienne sur le langage.

Chloé Laplantine
« Si tout temps est éternellement présent » :
Émile Benveniste et l’expérience poétique du temps chez T.S. Eliot

En 1947, Benveniste entreprenait de traduire en français l’intégralité des Four Quartets (1936-1942) de T.S. Eliot, série de poèmes qui résonnent avec sa propre théorie du temps linguistique. Benveniste traduit tous les poèmes mais n’ajoute aucun commentaire, ne nous permettant donc pas de tirer des conclusions sur les motifs de cette traduction, sinon de concevoir une affinité intellectuelle et poétique. Dans cet exposé on tente de contextualiser le travail de traduction de Benveniste, en essayant de voir ce que l’histoire intellectuelle nous permet de supposer de son vif intérêt pour les poèmes de T.S. Eliot et pour le problème du temps linguistique. On travaillera également à distinguer l’expérience du temps dans les Four Quartets de celle des Fleurs du Mal.

9 décembre 2022 – Émile Benveniste : temps linguistique et temps poétique
Retour en haut
CONTACT
MENTIONS LEGALES
PLAN DU SITE
logo-cnrs
logo-université-paris
Université Sorbonne Nouvelle