Séminaire du laboratoire : Jean-Marie Fournier « Le « bon usage » et les règles dans la grammaire générale »

Séminaire du laboratoire / 15 avril 2022 14:00 - 16:00

{location}
{street} {postcode} {city}

15 avril 2022 : Jean-Marie Fournier "Le « bon usage » et les règles dans la grammaire générale" 

Une des difficultés posées par l’étude de l’objet ‘règle’ tel que nous l’avons proposé pour ce séminaire, du moins pour le corpus des grammaires du français de la Renaissance et de l’âge classique, tient à l’émergence de deux phénomènes qu’on peut tenter de distinguer, même s’ils sont en interaction constante (et inévitable) : l’émergence d’une réflexion sur l’usage, sur les sources légitimes du bon usage ; et celle de l’investigation rationnelle, de l’exploration de ce qui relève de la rationalité dans les langues vernaculaires, rationalité dont la postulation ne va pas de soi pour les premiers grammatiseurs de ces langues. Les règles que les auteurs formulent relèvent de l’une ou de l’autre de ces deux dimensions, ou des deux, dans des proportions diverses, souvent difficiles, voire impossibles à séparer.

Si l’on prend comme point de départ une définition de la règle comme un énoncé qui indique ce qui doit être et non simplement ce qui est, il est clair que cette définition paraît d’emblée trop étroite, parce que  :

  1. i) l’expression de la modalité peut emprunter des formes assez diverses voire ambiguës : signale-t-elle un impossible de langue, ou distingue-t-elle un usage recommandé ?
  2. ii) s’il s’agit d’un usage recommandé, quels sont les fondements de la légitimité de cette recommandation : sont-ils explicités et comment par le grammairien ?

iii) l’énoncé peut être d’allure explicitement constatif, mais consister à enregistrer un fait normatif : l’existence manifeste d’une hiérarchie des usages dans la communauté des locuteurs dont témoigne le grammairien.

L’exposé, s’appuyant sur le travail de préparation de l’édition de la grammaire de Port-Royal que nous achevons avec Bernard Colombat, sera centré sur la forme que prend cette question pour les auteurs de la Grammaire Générale et Raisonnée. La question de la normativité n’occupe pas une place centrale dans le projet de la grammaire générale. Pourtant les Messieurs ne peuvent pas éviter de l’aborder, et dialoguent régulièrement avec Vaugelas qui est l’auteur le plus fréquemment cité dans l’ouvrage. Nous essaierons en particulier de montrer comment s’est construite cette réflexion en comparant deux états du texte : le texte publié que nous connaissons, et une lettre d’Arnauld à la Marquise de Sablé, datée du 21 novembre 1659, et qui se présente à beaucoup d’égards comme une sorte de brouillon de plusieurs chapitres de la Grammaire Générale et Raisonnée.

→ Présentation et programme du séminaire : https://carnetshtl.hypotheses.org/4366

    Retour en haut
    CONTACT
    MENTIONS LEGALES
    PLAN DU SITE
    logo-cnrs
    logo-université-paris
    Université Sorbonne Nouvelle